Législation Belgique

Que dit la loi ?

Soyons clairs : l’alcool au volant est difficile à combiner, mais la loi ne l’interdit pas. Vous pouvez donc boire, mais pas trop. Un test d’alcoolémie fournit une réponse définitive : vous savez immédiatement si vous en avez trop bu ou non.
Vous avez bu ? Ensuite, ils mesurent l’alcool dans votre sang et dans l’air que vous expirez. La loi stipule que vous pouvez avoir un maximum de 0,5 pour cent d’alcool dans le sang. Pour l’air expiré, 0,22 mg/l s’applique. Si vous en avez plus, vous êtes punissable.

Test d’alcool dans l’haleine par la Police

Tout d’abord, on vous demandera de souffler dans un appareil d’alcootest électronique ou un appareil de présélection. Cela indique si vous êtes punissable ou non. Tout ce que vous avez à faire est de souffler dans l’appareil fermement et suffisamment longtemps jusqu’à ce que l’agent vous dise d’arrêter. Si la lettre S apparaît, vous êtes en sécurité. Si vous n’êtes pas en sécurité, un alcootest ou un appareil de relecture devra le confirmer et déterminera très précisément la quantité de promille que vous soufflez.

Refus d’un test d’alcoolémie

En principe, vous ne pouvez pas refuser un tel alcootest. Vous avez droit à un report de 20 minutes, mais la question demeure de savoir si c’est à votre avantage. Cela n’a que de sens si vous avez bu dans les 20 minutes précédant et que vous avez peut-être encore de l’alcool dans votre bouche. En fait, ça peut même marcher contre vous. Il est possible que tout l’alcool n’ait pas encore été absorbé dans votre sang, de sorte que le taux d’alcool pendant ce temps particulier a augmenté encore davantage.
Vous ne pouvez pas refuser un test d’haleine, une analyse d’haleine ou une prise de sang. Si vous refusez toujours, vous serez considéré comme positif. Et vous êtes immédiatement interdit de conduire pendant six heures.

Résultats des essais

Avez-vous moins de 0,22 mg/l (< 0,5 promille) ? Vous pouvez continuer à conduire.
Entre 0,22 et 0,35 mg/l (0,5 à 0,8 promille) ? Vous serez immédiatement frappé d’une interdiction temporaire de conduire de trois heures.
Au-delà de 0,35 mg/l (> 0,8 promille), il vous sera interdit de conduire pendant six heures. Après ces six heures, on vous demandera de vous soumettre à un nouveau test ou une nouvelle analyse d’haleine. Est-il encore positif ? Ensuite, il vous sera interdit de conduire pendant encore trois à six heures.
Depuis quelques années (06/2014), la police est également autorisée à utiliser des appareils d’échantillonnage ou de dépistage, également appelés appareils “sampler”. On ne souffle pas à travers un embout buccal, mais à courte distance à travers une sorte d’entonnoir. Après seulement 2 ou 3 secondes, l’appareil sait si vous avez bu quelque chose et suit un nouveau test, plus précis.
Conduire sous l’influence de l’alcool : une blague coûteuse
Boire trop n’est pas seulement une interdiction de conduire. Vous payez également une amende et ces montants peuvent être considérables. Une bière de trop et vous risquez une amende de 170,- euro tout de suite. Qui peut atteindre un montant maximum de pas moins de 11.000 euros !  Ajoutez à cela la misère et les coûts, car vous devez laisser votre voiture et vous perdez temporairement votre permis de conduire.
Si vous refusez le test d’alcoolémie sur une moto, vous devez tenir compte d’une amende de € 420,- et d’une interdiction de conduire de 6 mois.

Drogues au volant

Les drogues dans le trafic sont absolument interdites. Cela s’applique à toutes les drogues dures et douces, y compris le THC, l’amphétamine et le GHB.
La consommation de drogues peut être prouvée par un test de salive, de sang ou d’urine. Vous êtes un conducteur suspect ? Si c’est le cas, vous êtes obligé de passer ces tests.

Arrêté sous l’influence de drogues : quelles amendes?

Les amendes ne sont pas légères. Vous serez interdit de conduire pendant au moins 12 heures et éventuellement avoir votre permis de conduire retiré pendant 15 jours ! En cas de résultat positif, une amende de 1 100 à 11 000 euros peut être infligée, à laquelle s’ajoute la déchéance du droit de conduire. En cas de récidive dans les 3 ans suivant la condamnation, vous pouvez être condamné à 1 mois à 2 ans de prison et/ou à une amende de 2 200 € à 27 500 € plus un retrait du permis de conduire de 3 mois à 5 ans ou définitive.

Qu’est-ce que l’alcool résiduel ?

L’alcool résiduel est l’alcool qui est encore mesuré après une longue période sans boire, par exemple le lendemain matin. Lors d’un contrôle, une personne peut encore se voir infliger une amende pour conduite en état d’ébriété.
En général, un verre d’alcool disparaît du corps après environ 1 à 1,5 heure. Ainsi, pour 6 verres de bière, ce n’est qu’après 6 à 9 heures. Avec 15 verres, cela représente 15 à 22,5 heures. Vous pouvez donc être sous l’influence de l’alcool jusqu’au lendemain et obtenir un résultat positif lors d’un contrôle d’alcoolémie.